LUX FUIT

Jacques Hylae

LUX FUIT

 

 

 

Depuis trop longtemps déjà,

Il roule, se heurte aux bords, repart, rebondit.

Il se débat, et n’a pas le temps de la réflexion.

Empli de certitudes, il coule et cherche à nager.

Il sombre, puis tombé au fond, reprend ses forces.

Il remonte à la surface et reprend sa course.

Les yeux pleins de fièvre d'avoir trop lutté, à la fin,

épuisé et lassé, vieilli, il pense que sa fin approche.

Quand soudain, l’eau se dresse.

Devant lui une cascade surgit, droite et bruissante.

De ce rideau tombant du ciel, vrombissant de perles de cristal,

un arc-en-ciel naissant dans la trombe et nourri du soleil interrompt sa course.

Il regarde l’Ange dans la lumière qui lui sourit, les yeux lourds et sereins, le front gemmé

et cerclé d’Ors, pointant du doigt les Cieux.

Emerveillé, il lève les yeux et regarde la Lumière qui trace une lance vive aux ailes d’argent,

et lui transperce le front.

En un moment très court, l’espace est gravé du silence, Tout est contenu.

Instant immobile, le temps du Fiat, très bref : Tout est dit.

Fulgurance ! L’Esprit se forge de la forme divine.

Il voit

Derrière ce qui semble, tout apparaît.

Alors, il sait que c’est là qu’il doit grandir et croître.

Il se fait chêne, nouveau prince à la couronne d’étoiles.

Mari et femme tout à la fois, son diapason s’accorde.

Ses fruits porteront, multipliés, la connaissance pour le bien de tous.

Il porte dans son bois, son principe de naissance, de vie et de mort.

Roi androgyne, sage mourant, nouvel Etre glorieux, à l’Or, sa colombe prend l’envol.

Vers l’Ether, elle part, nageant en céleste souffle à l’unisson.

Elle apporte ce qu’il fut et ce qu’il a été de meilleur, pour l’Unique.

Revenante, un jour peut-être, pour d’autres en souffrance …

 

 

 

Jacques Hylae

Texte et photographie soumis à droits d'auteur.